Etats généraux de la Bioéthique

Pétition : Défendez l’humanité contre le marché de la procréation

  • Alliance VITA protège vos données et vous tiendra informé(e) des futures campagnes

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
17.073 signataires.

Appel à Emmanuel Macron,
Président de la République,

Le risque majeur de la révision de notre loi de bioéthique est un basculement de la France vers un marché mondialisé de la procréation.

Ce marché se nourrit de l’industrialisation des modes de procréation ; il considère les femmes et les hommes comme des fournisseurs de main-d’œuvre et des producteurs de matière première – ovocytes, sperme, utérus – pour fabriquer l’enfant sur commande, voire sur mesure.

La France doit de toute urgence faire barrage à l’explosion des marchés ultralibéraux ou étatisés de la procréation humaine qui constituent :

  • Une discrimination subie par l’enfant :

Ne cédons pas à la revendication d’une procréation artificielle (PMA) pour femmes seules ou vivant à deux, alors que tant d’enfants souffrent du manque d’un père.

  • Une violence faite aux femmes :

Ne traitons pas les femmes en « productrices » d’enfants (GPA) ou d’ovocytes, alors qu’est révélé le harcèlement sexiste dont certaines sont victimes.

  • Une menace pour les plus fragiles :

N’entérinons pas la sélection des êtres humains avant la naissance (eugénisme), alors que les méga bases de données médicales risquent de créer de nouvelles discriminations entre les faibles et les forts.

  • Une manipulation du corps humain :

Ne livrons pas l’embryon humain et son génome au marché et à ses profits (bébé OGM), alors que des multinationales transhumanistes, entendent en tirer profit pour mettre la main sur le destin de l’humanité.

Je vous demande de faire de la protection des êtres humains en situation de vulnérabilité le critère prioritaire de la future loi bioéthique.

Merci.

En savoir plus

La France doit de toute urgence faire barrage à l’explosion des marchés ultralibéraux ou étatisés de la procréation humaine qui constituent :

  • Une discrimination subie par l’enfant :

Ne cédons pas à la revendication d’une procréation artificielle (PMA) pour femmes seules ou vivant à deux, alors que tant d’enfants souffrent du manque d’un père.

  • Une violence faite aux femmes :

Ne traitons pas les femmes en « productrices » d’enfants (GPA) ou d’ovocytes, alors qu’est révélé le harcèlement sexiste dont certaines sont victimes.

  • Une menace pour les plus fragiles :

N’entérinons pas la sélection des êtres humains avant la naissance (eugénisme), alors que les méga bases de données médicales risquent de créer de nouvelles discriminations entre les faibles et les forts.

  • Une manipulation du corps humain :

Ne livrons pas l’embryon humain et son génome au marché et à ses profits (bébé OGM), alors que des multinationales transhumanistes, entendent en tirer profit pour mettre la main sur le destin de l’humanité.

Share This